Albert Howard

Sir Albert Howard (1873-1947) est un agronome et botaniste anglais, considéré comme l’un des pères de l’agriculture biologique (« organic farming » en anglais).

Né et formé en Angleterre, il mena une partie de sa carrière en Inde où il a dirigé des centres de recherche agricole (1905-1931). Il put observer et apprécier les pratiques traditionnelles des paysans. Préoccupé en premier lieu par les questions de fertilité des sols en lien avec leur teneur en matière organique il développa notamment des procédés de recueil et de compostage des matières organiques (procédé Indore du nom de la station expérimentale où il le développa). L’un des aspects importants de sa pensée est le lien qu’il établit entre fertilité des sols, qualité des aliments et santé des populations. Il craignait notamment que l’usage d’engrais synthétiques associés aux pesticides ne nuise à terme à la fertilité des sols aussi bien qu’à la santé des populations humaines.

The Indore method

De retour en Angleterre, il fut anobli pour ses travaux.

Au fil des ans, ses expériences et ses observations en recherche agricole se sont peu à peu transformées en une philosophie et un concept d’agriculture biologique, qu’il a expliqués dans de nombreux ouvrages.

L’opinion de Howard sur la fertilité des sols et la nécessité de réutiliser efficacement les déchets (y compris les eaux usées boueuses) sur des terres agricoles a été appuyée par le livre de M. F. H. King, Farmers of Forty Centuries. M. Howard a conçu une méthode de compostage qui a été grandement adoptée. Le concept de M. Howard sur la fertilité des sols reposait sur le renforcement de la composition de l’humus et mettait l’accent sur le fait que la santé des récoltes, du bétail et du genre humain dépendait d’une terre saine.

M. Howard soutenait que la santé des récoltes et des animaux était un droit inné, et que la bonne façon de composer avec les agents pathogènes n’était pas de les enrayer, mais bien de voir ce qu’on pourrait en apprendre, ou « de s’en servir en adaptant les pratiques agricoles ».

Il développa ses techniques et fut à l’origine de la création de la Soil association, visant à promouvoir les pratiques d’agriculture biologique. Il a résumé sa pensée dans sa dernière œuvre: Le Testament Agricole. Son œuvre a influencé et inspiré tant des agriculteurs que des agronomes qui formèrent le mouvement de l’agriculture biologique en Angleterre comme en France. L’association Nature & Progrès en France s’est créée à l’image de la Soil Association.

La méthode d’agriculture qu’a défendue M. Howard a été appelée « biologique » par M. Walter Northbourne en référence à une méthode « manifestant des interrelations communes, complexes mais nécessaires, semblables à celles du monde animé ».

Publicités