Quelques principes, classés par aspects :

Aspects biologiques :

Recyclage dans le sol de toute matière organique produite sur l’exploitation grâce à certaines techniques culturales, et à l’utilisation de tout le fumier, du lisier et des déchets. Transformation de la matière organique par le compostage, à l’aide de préparations à base de plantes médicinales, pour obtenir une fumure vivifiant le sol. Apport éventuel d’éléments minéraux à solubilité lente (principalement par le compostage) : poudres de roches, calcaire…

Productions végétales adaptées au terroir, avec rotations longues et diversifiées (équilibre entre productions fourragères pour l’alimentation du cheptel, engrais verts et production pour la vente.)

Stimulation des processus vivants, dans le sol et les végétaux, par l’emploi de préparations dynamiques (utilisées en quantités infinitésimales).

Respect des processus et les interactions subtiles entre les différents biotopes, les végétaux (cultures associées, …), les animaux et l’environnement au sens le plus large (respect des rythmes solaires et autres rythmes bio-chronologiques pour améliorer la croissance et la qualité des produits).

Protection des végétaux, basée sur l’auto-régulation, la rotation des cultures, le travail du sol et l’emploi de mesures dynamiques, si nécessaire.

Entretien ou aménagement du paysage pour conserver ou recréer la diversité des biotopes : arbres, haies, zones humides, pelouses sèches, lisières, …

Élevage d’animaux de races adaptées à la ferme avec recherche de diversité. (Nombre et espèces d’animaux en fonction de la surface et des conditions de terroir.)

Aspects techniques :

– Recherche de techniques appropriées.

– Mise au point d’outils spécifiques…

Aspect socio-économique :

– Bilan optimal au niveau de l’économie nationale, car utilisation réduite de ressources non-renouvelables et d’énergie extérieure : véritable production primaire. La ferme biodynamique n’utilisant aucun produit chimique de synthèse, et recyclant toute sa matière organique en la compostant, ne pollue pas.

Aspects sociaux:

– Développement de structures de transformation et de distribution basées sur la transparence des relations du producteur au consommateur et sur le maintien de la qualité des produits dans toutes les phases de la production à la vente.

– Recherche visant à relier le citadin à l’agriculture par différentes formes de coopération (participation au financement du capital de l’exploitation, accueil à la ferme, …) l’organisme agricole devenant alors un organisme social, foyer de culture et d’initiative dans le monde rural.

– Recherche de formes de coopération adaptées à l’agriculture biodynamique, à l’intérieur même des entreprise (coopératives ouvrières, relations producteurs – consommateurs…) et entre les organismes agricoles .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s