L’art du compostage

La fabrication du compost rencontre de plus en plus d’amateurs ces dernières années, ne dit-on pas que : « le compost est l’or du jardin » ?

Élaborer un compost équilibré, non carencé et qui constitue une véritable nourriture pour le sol est un exercice qui demande une certaine expérience. Les premiers résultats sont toujours décevants, faute d’avoir hérité de l’art et de la manière de procéder.

En fait, contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas de mettre « à pourrir » les déchets pour obtenir un bon compost. Un engrais sain, équilibré, non lessivé sera obtenu grâce à une fermentation contrôlée, régulée. Il est composé de tous les résidus biodégradables du domaine, qu’il s’agisse des résidus végétaux, animaux ou humains. On prendra donc soin de mettre au tas de compost tous les déchets végétaux (herbes, fauches, tailles de haies, tailles de bois broyées auparavant), les fumiers de tous les animaux du domaine, et enfin tous les déchets humains, en provenance de la cuisine ou des toilettes à litière.

La règle est simple : tout ce qui est issu du sol doit y retourner.

On propose de nos jours de très nombreux procédés de fabrication du compost. L’un sert à pré-décomposer les déchets, l’autre consiste à ajouter des vers, et il faut en plus acheter des silos à compost onéreux. Quant à moi, je vous propose une méthode simple, qui ne coûtera rien, et qui vous permettra d’obtenir le meilleur humus du monde : le compostage en tas.

Maria Thun considère que l’on doit composter tous les engrais et tous les déchets organiques. En effet, si l’on apporte dans le sol par exemple des substances d’origine animale (soies, déchets de cornes ou d’os) sans les composter, cela engendrera un développement renforcé des parasites et des champignons. De même, épandre les cendres de cheminée sans les composter, revient à déverser un abrasif sur le sol.

Un autre avantage du compost mûr, comparé au fumier frais : 100 quintaux par hectare de compost mûr agissent autant que 400 quintaux de fumier frais.

De nombreux essais ont montré que le processus de compostage permet aux substances organiques d’agir pour une bonne édification du sol et une saine croissance des plantes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s