De l’importance de nourrir la terre, et de prévenir les carences

On entend souvent cette phrase : « Mes légumes, c’est du biologique, je n’y mets rien. »

Attention, le résultat d’une telle attitude est d’obtenir des légumes carencés ! De plus, il importe de se méfier de ce genre d’affirmations. Il serait instructif d’aller vérifier chez le cultivateur s’il dit vrai ! Nous verrons plus loin que la confiance entre le consommateur et le producteur, et la possibilité de visiter le lieu de production comptent parmi les clefs de la réussite, dans ces systèmes de culture.

Le sol n’est pas une matière inerte mais une formidable entreprise biologique.

En effet, le sol n’est pas seulement le résultat de l’altération des roches. Si nous prenons l’exemple d’un milieux argilo-sableux, l’analyse révèle la coexistence de :

45 % d’éléments minéraux
5 % d’éléments organiques
25 % de gaz
25 % d’eau

Mais, là encore ce n’est qu’une image figée. Une ‘nature morte’ qui ne rends pas compte de l’existence d’un énorme capital vivant, animal et végétal, en pleine action : la biomasse du sol.

Les plantes puisent la plupart des éléments dont elles ont besoin dans le sol. Un sol bien entretenu est le siège d’une intense activité biologique (le nombre de micro-organismes y est de plus de 1 milliard par gramme de terre, et le poids total des êtres vivants du sol dépasse 6.000 Kg par hectare).

Les êtres vivants du sol, et principalement les micro-organismes, jouent un rôle irremplaçable dans la nutrition des plantes, car seul un sol ayant une bonne activité biologique peut fournir aux plantes une nourriture équilibrée.

En général, la plus grande partie de la matière organique du sol trouve son origine dans la faune et la flore de surface. Elle nait des dépouilles animales et végétales prises en charge par des germes dégradateurs. Le phénomène commence déjà, alors que la feuille jaunie tournoie encore dans les airs, pendant sa chute. Cette altération va se poursuivre au niveau de la litière, s’y amplifier même, avec l’entrée en scène des germes telluriques (ainsi que l’exprime P. Manil : « …tout ce petit monde, ou plutôt, ce monde immense de petits, poursuit inlassablement à l’échelle de la nature une œuvre gigantesque aux aspects et aux fluctuations extrêmement diverses.« ).

On estime que 2,8 à 3,2 tonnes de litière sont dégradées par hectare et par an, sur un sol moyen français.

La matière organique : une extraordinaire complexité.

Les travaux de Howard ont mis en évidence le rôle, jusqu’alors méconnu de l’humus, cette mince couche de terre vivante dont ont dépendu toutes les civilisations.

Dans un premier temps, une formidable usine de démolition élabore l’humus, complexe mélange issu de dégradations et de synthèses microbiennes conjuguées. Là se rencontrent des molécules microbiennes fort diverses : acides aminés, purines, pyrimidines, acides aromatiques, glucides aminés ou méthylés, entre autres… La teneur d’un sol en matière organique est de l’ordre de 25 %. Si l’on évalue à 3.500 tonnes la masse de terre arable à l’hectare, il est aisé de situer la quantité totale de matière organique aux environs de 87,5 tonnes par hectare. Or, il peut s’en dégrader totalement, uniquement par minéralisation, dans un sol bien géré, entre 1 et 1,4 tonne par an. On voit que l’appauvrissement du sol en matière organique serait réel si l’on n’assurait pas son renouvellement périodique.

Il est important de veiller à ce que le sol contienne toutes les substances dont la plante aura besoin pour assurer dans de bonnes conditions son développement, sa floraison, puis la production de fruits sains et équilibrés à maturité.

Une des principales façons de nourrir le sol est le compostage, complété par des infusions, ainsi que par les pratiques culturales (engrais verts).

* Nous savons depuis peu que tous les enzymes de fixation de l’azote de l’air par les microbes du sol sont des enzymes à base de molybdène.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s