A propos des tomates – partie I – Si nous commencions par un peu de biologie végétale ?

La tomate sauvage, pousse son cri, le soir, dans l’Ouest de l’Amérique du Sud, depuis l’Équateur jusqu’au nord du Chili, et même deux espèces sont endémiques des îles Palapagos.

Gravure sur bois de "Poma aurea" ou "Goldapffel" (Solanum lycospersicum) de Matthioli (1586) dans une édition allemande de l'herboriste Joachim Cameriarius
Gravure sur bois de « Poma aurea » ou « Goldapffel » (Solanum lycospersicum) de Matthioli (1586) dans une édition allemande de l’herboriste Joachim Cameriarius

Elles poussent dans des habitats aussi variés que le bord de mer, ou à plus de 3300 mètres d’altitude, dans les zones arides comme dans celles plus humides, dans les hautes vallées des Andes, ou le sévère désert d’Atacama.

Autrefois un genre botanique à par, Lycopersicon, elles ont été rattachées désormais au genre Solanum car l’étude de leur ADN montre leur profond attachement à ce genre.

Solanum peruvianum et Solanum corneliomuelleri ont été décrits et nommés respectivement par Linné (1753) et MacBride (1962).

Certaines espèces sauvages sont auto compatibles, d’autre non. Les compatibles peuvent s’auto-féconder (le pistil s’allonge pour se faire polliniser par le pollen des étamines de sa propre fleur), les incompatibles n’ont pas cette faculté. Quand aux variétés allogames, elles ont la possibilité de d’hybrider avec d’autres variétés quand elles ont le même habitat ou dans les collections.

13 especes botaniques de tomates

Au total, nous connaissons 13 espèces de tomates sauvages, y compris la tomate cultivée (Solanum Iycopersicum) et ses formes herbeuses échappés qui sont distribués dans le monde entier :

  • Solanum lycopersicoides Dunal (ex Lycopersicon lycopersicoides), aux fruits vert-jaune devenant noirs à maturité, auto incompatible et allogame.
  • Solanum sitiens I.M. Johnst (ex Lycopersicon sitiens) aux fruits vert-jaune devenant noirs à maturité, auto incompatible et allogame.
  • Solanum juglandifolium Dunal (ex Lycopersicon ochrantum) aux fruits vert-jaune, auto incompatible et allogame.
  • Solanum ochranthum Dunal (ex Lycopersicon juglandifolium) aux fruits verts à vert chartreuse, auto incompatible et allogame.
  • Solanum Pennellii Correll (ex Lycopersicon Pennellii) aux fruits verts, traditionnellement auto incompatible, mais a provoqué des surprises dans certaines collections.
  • Solanum habrochaites S. Knapp (ex Lycopersicon hirsutum) aux fruits verts avec des rayures plus foncées, le plus souvent auto incompatible.
  • Solanum chilense Reiche (ex Lycopersicon chilense) aux fruits verts à blanc verdâtre veinés de pourpre, auto incompatible et allogame.
  • Solanum huaylasense Peralta (ex Lycopersicon peruvianum) aux fruits verts avec des rayures plus foncées, auto incompatible et allogame.
  • Solanum peruvianum L. (ex Lycopersicum peruvianum) aux fruits vert à vert blanchâtre, auto incompatible et allogame.
  • Solanum corneliomuelleri J.F. Macbr. (ex Lycopersicon peruvianum) aux fruits vert rayés de pourpre, parfois tachés de pourpre bleu, auto incompatible et allogame.
  • Solanum arcanum Peralta (ex Lycopersicon peruvianum) aux fruits verts rayé de vert très foncé, auto incompatible et le plus souvent allogame.
  • Solanum Chmeilewskii D.M. Spooner (ex Lycopersicon Chmeilewskii) aux fruits vert rayés de vert foncé, auto compatible et parfois allogame.
  • Solanum Neorickii D.M. Spooner (ex Lycopersicum parviflorum) aux fruits verts avec des rayures foncées, auto compatible et très autogame.
  • Solanum pimpinellifolium L. (ex Lycopersicon pimpinellifolium) aux fruits rouges, auto compatible et autogame.
  • Solanum lycopersicum L. (ex Lycopersicon esculentum), aux fruits rouges, auto compatible et essentiellement autogame.
  • Solanum chesmaniae Fosberg (ex Lycopersicon cheesmaniae) aux fruit jaune orangé, auto compatible et strictement autogame.
  • Solanum galapagense S.C. Darwin (ex Lycopersicon cheesmaniae) aux fruits jaune orangé, auto compatible et strictement autogame.

Solanum huaylasense

Solanum chilensis

Solanum peruvianum

Solanum sitiens

Solanum Pennellii

Solanum juglandifolium

Solanum habrochaites

Solanum lycopersicoides

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « A propos des tomates – partie I – Si nous commencions par un peu de biologie végétale ? »

  1. Bonjour,
    Je tombe sur votre blog en cherchant des infos sur les tomates « noires » et je ne suis pas déçu.
    Je garde l’adresse du blog pour lire d’autres articles plus tard.
    Je me permets de vous poser 2 questions:
    – Toutes les tomates sauvages sont-elles comestibles?
    – Vous écrivez: »les tomates indigo ont la fâcheuse habitude de s’hybrider avec tout ce qui les entoure ». N’en est-il pas de même pour les autres variétés de tomates. Je pense surtout aux variétés dites anciennes?
    Merci pour le partage de vos connaissances.

    J'aime

    1. Il existe das tomates sauvages, en Amérique du sud, dont le fruit est hérissé de piquants ce qui ne les rend pas appétissantes, ensuite, dans la mesure où ce sont des plantes de la famille des solanacées, il faut toujours se méfier et les consommer bien à maturité. Mais de toutes façon, les tomates sauvages sont minuscules et pleines de graines, ça ne fait guère envie.

      Les tomates indigo s(hybrident avec toutes les autres sans même qu’on le veuille, c’est leur principal danger, et parfois, je me dis que si on avait voulu faire disparaître les variétés anciennes, on ne s’y serait pas pris autrement.
      Pour les variétés anciennes, il existe 7 formes différentes de pollens qui sont, pour certains incompatibles avec les hymens de certaines variétés. Donc, la nature a prévu que certaines variétés ne puissent pas s’hybrider entre elles. C’est d’ailleurs la principale source d’échec pour des jardiniers amateurs qui voudraient créer de nouveaux cultivars, sans avoir les connaissances botaniques pour le faire. Mais si on tiens compte de cette règle des 7 pollens, beaucoup de variétés anciennes s’hybrident facilement avec les autres surtout dans le même groupe.
      C’est pourquoi je préconise l’usage de sachets en organza pour la production de semences.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s